Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


La fin des magiciens par Chewki Amari

Publié par The Algerian Speaker sur 29 Décembre 2014, 16:54pm

Catégories : #Point zero de chawki Amari

Les dernières mesures adoptées auront discrètement admis l’échec du modèle qui n’a pu départir le pays de sa dramatique dépendance à une énergie fossile dont la valeur est fixée à l’étranger. La croissance est restée faible même en période d’abondance (le baril a atteint les 147 dollars en 2008), les importations sont toujours en hausse et la production en baisse, avec cette effarante disposition : mettre au même niveau l’impôt pour les sociétés productrices et importatrices. L’activité terroriste continue, le malaise social perdure et malgré les chiffres officiels sur le logement et le foncier, il ne se passe pas un jour sans qu’il n’y ait d’émeutes à ce sujet, à Alger ou en plein désert comme à Touggourt, avec des morts à la clé. Le modèle centralisateur n’a pas fonctionné, en témoignent la Kabylie ou le M’zab, et les dépassements policiers, les atteintes aux droits de l’homme et le retour de l’islamisme conquérant ont noirci un tableau déjà gris, ajoutés à la chute gravitationnelle dans les classements sur les libertés, le climat des affaires, la corruption ou la fuite de capitaux. Oui, d’un coup d’éponge on peut tout effacer et réunir les ministres en promettant de faire mieux. Mais sans animosité particulière pour le Président, il ne peut être innocenté puisqu’il gère tout, nomme et dénomme, son cerveau fonctionnant mieux que le nôtre. Après 15 ans de pouvoir absolu, il est donc responsable de son modèle et le pays sa victime. Mais qui va l’admettre ? Lui, Sellal ou le CNES ? Par la crainte d’un homme qui n’est qu’un homme, on perpétue l’échec et, par peur, on accuse la fatalité. Car pour ce personnel politique et ces organismes de suivi qui manquent cruellement d’épaisseur, il est plus grave de perdre son poste que de voir son pays ruiné. Personne n’est responsable, c’est magique. Sauf que la magie a des limites, on peut sortir un lapin du chapeau des illusions, mais il ne se mange pas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents